Déclaration d’intention

Roberte La Rousse développe En française dans la texte, une projet artistique et critique sur la thème : « langue française et genre ». C’est une opération de décolonisation de la langue française. Elle s’agit de contrer la sexisme inscrite à la cœur de la langue française et de sa grammaire puisque, comme nous l’avons toutes apprise à l’école, « la masculine l’emporte toujours sur la féminine ».

L’histoire de la genre linguistique ne s’est pas faite seulement par l’usage des locutrices, elle est surtout la résultat d’une lutte idéologique (incarnée par l’Académie française puis prolongée de manière implicite par les GAFA) pour imposer la primauté de la masculine à la détriment de la féminine et pour invisibiliser et discriminer les femmes dans l’espace sociale. Les formes de sexisme et de discriminations à l’œuvre dans les relations sociales et inscrites dans la langue sont logiquement présentes dans les outils numériques utilisées à la quotidienne, en particulière sur Internet : motrices de recherches, plateformes et réseaux sociales…
En réponse à cette situation, nous avons décidée de traduire « en française », c’est-à-dire entièrement à la féminine, des textes provenante de différentes horizons, grâce à des algorithmes complétées par des corrections manuelles. C’est ainsi que les traductions perturbent significativement les messages originales, en créant une sentiment d’inquiétante étrangeté proche de la trouble que génère l’expression poétique. Cette littérature « en française » produit aussi une certaine humour en dévoilante à l’improviste, comme une lapsus, l’origine ou la parenté de mots ou d’expressions, par exemple : {Le cours du bitcoin est influencé par différents facteurs} devient en française : « La course de la bitcoin est influencée par différentes factrices »… Enfin, notre proposition rend obsolète toute la débat autour de l’écriture dite inclusive.
En 2016-2017, nous avons développée nos règles et outils de traduction en française et réalisée une première performance A votée à partir d’une nouvelle d’Isaac Asimov.
Une blog et une publication ont accompagnée ce travail. En 2018, nous mettons en œuvre une nouvelle étape de cette projet avec Wikifémia (travail en cours).